Louis J : un rap à la française comme on l’aime

By MAD

Louis J _ InterviewPeux-tu présenter à notre communauté de MADers d’où tu viens, ton parcours et comment tu es devenu le rappeur Louis J que nous avons vu performer au Live with MAD n°6 ?

Moi c’est Louis J, je suis originaire de Beauvais, ça fait maintenant 1 an et demi que Louis J sort des sons, mais moi, de mon prénom Josselin, je fais de la musique depuis mes 6 ans ; j’ai commencé par la guitare, ensuite le piano, la batterie, la basse et maintenant les logiciels de MAO (Musique Assistée par Ordinateur) qui me permettent de créer un morceau du début à la fin, tout en restant chez moi. Cela fait 3 ans maintenant que je suis sur Paris pour, je l’espère, trouver des opportunités pour que vivre de ma musique.

Quelles sont tes sources d’inspiration ? As-tu des artistes favoris ?

Mes sources d’inspiration sont vraiment variées ; j’écoute vraiment beaucoup de choses différentes, aussi bien du classique avec Chopin, comme du rock avec les Beatles ou Elvis Presley que j’admire particulièrement, du métal avec des groupes comme Trivium, Children Of Bodom. Pour ce qui est du rap, j’ai découvert cette culture au collège et j’écoute aujourd’hui plein d’artistes, même si j’ai une préférence pour le rap francophone avec des gars comme Slimka, Hamza, Bon Gamin, Tortoz ou encore Laylow mais la liste est longue…

Comment espères-tu te distinguer dans le paysage du rap français ? N’as-tu pas peur de tomber dans l’écueil de l’ego-trip qui caractérise si bien la culture urbaine ?

C’est ce qui est flippant quand t’es un artiste, d’être different des autres, sinon t’es seulement artisan.. Je pense pouvoir me différencier grâce à mon éducation et formation musicale mais aussi car je chante de plus en plus dans les morceaux que je fais, et que je suis musicien et producteur de mes sons avant d’être “rappeur”. J’adore l’ego-trip, je pense que l’époque du rap avec des textes profonds, avec un messages etc, est révolue depuis un moment. L’ego-trip prend une place importante dans le rap d’aujourd’hui, mais j’essaye de m’en détacher un peu pour parler plus d’amour et de sentiments, des choses plus personnelles.

Durant le live, tu as joué une version très “funky” de ton dernier titre €€€€€. Tu sembles être un “self-made-artist” riche musicalement… Peux-tu nous en dire plus sur la genèse de ton dernier EP Genesis que tu as entièrement composé, enregistré et mixé dans ta chambre ?

Genesis est mon deuxième EP, j’en suis assez fier car c’est une évolution aussi bien technique qu’artistique. Le projet est totalement self-made oui, de A à Z. J’aimerais garder cette liberté et cette indépendance qui sont très importantes pour moi, on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Peux-tu nous parler de tes prochains projets artistiques pour 2018 ?

Je suis déjà en train de bosser sur mon prochain projet qui sera comme les deux premiers, entièrement réalisé par moi-même, mais différent dans les sonorités et les propos.

Peux-tu nous parler de ton expérience de la communauté MAD et ce qui t’a amené à nous rejoindre ?

Faire ce live était une expérience vraiment cool, le lieu, les organisateurs, l’équipe, tout ! J’ai eu la chance de faire ce live grâce à un ami qui m’a recommandé et je reviendrai faire des morceaux avec plaisir !

Leave a Reply