Folk-Rock et Beat Generation fusionnent avec Telegraph

By Rima Yacoub

TelegraphAujourd’hui on rencontre Telegraph, un groupe de Folk-Rock Français qui s’est formé sur la côte ouest des USA. Groupe à l’esprit purement californien, ils mélangent des influences telles que Mumford & Sons, Imagine Dragons et NeedtoBreath tout en s’inspirant du courant de la Beat Generation.

Tout en étant un vague de fraîcheur musicale, Telegraph traite de sujets sérieux et profonds qui crée un contraste émouvant et sincère.

Que dites-vous de commencer par vous présenter en quelques mots ? Comment vous-êtes vous rencontrés

Julien – Salut ! Bah pour commencer, Telegraph c’est plus qu’un groupe, c’est une vraie famille et une aventure de tous les jours. Pour tout te dire, Matthieu, à la guitare, c’est mon cousin, et Maxime, à la batterie et aux claviers, c’est un ami de longue date, on s’est rencontrés sur les bancs de l’école. On a eu différents projets ensemble, ou avec d’autres gens, et puis on a fini par lancer « Telegraph » tous les trois, parce que c’est ce qui nous représentait le mieux. Et la famille s’agrandit de jour en jour depuis, avec de très belles rencontres, donc on est ravis.

Vous avez un univers qui tourne autour de l’esprit du roadtrip, les fables de liberté à l’américaine et de la nature brute. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous plonger dans cette culture ?

Julien – Le groupe est vraiment né lors d’un roadtrip sur la côte ouest des États-Unis, c’est là-bas qu’on a composé nos premières chansons, donc le fait de parler de voyages et de rencontres est venu assez naturellement. C’est difficile de citer des influences car on adore s’inspirer de beaucoup de choses qui n’ont rien à voir parfois et nous sommes 3 mecs avec des influences personnelles, mais pour faire court on peut dire que le courant folk-rock et la Beat Generation nous ont beaucoup inspirés au début de l’aventure. 

La Beat Generation ?

C’est un courant littéraire et cinématographique qui a émergé aux Etats-Unis dans les années 50. Tout le monde connait Jack Kerouac, qui en est l’un des auteurs phare, et son roman ‘On The Road’. C’est quelque chose où nous nous sommes retrouvés immédiatement, et c’est un peu comme ça qu’on voit notre aventure musicale : voyager, partager des bons moments et de belles histoires avec les gens. Mais aujourd’hui, l’univers de Telegraph est bien plus vaste que ça, on est sortis de cette dimension roadtrip sur notre dernier single ‘Down In The River‘ qui est bien plus métissé, parce que le projet Telegraph, ce n’est pas uniquement ça. On a énormément de choses à dire, énormément d’envies, d’idées, et on veut aller au fond des choses. L’imagerie de nos deux premiers clips ‘Run With Wolves‘ et ‘Broken Bones‘, sur lequel on a sorti un vrai court-métrage, est très roadtrip, mais si tu écoutes les paroles ça parle de vrais sujets. De fraternité, d’espoir, de post-trauma… D’écologie aussi, sur ‘Down In The River’, ça parle quand même d’un monde qui change et pas forcément en bien, c’est un sujet qui nous touche énormément. On a vraiment envie de raconter des choses, des histoires, de profiter du fait que les gens nous écoutent pour partager des messages qui nous tiennent à cœur. Je pense que c’est aussi ça le rôle d’un artiste. On veut que les gens prennent du plaisir à nous écouter, et que ça les plonge dans une réflexion sur les sujets qu’on partage avec eux.

Quelles sont vos influences musicales majeures ?

Julien – S’il fallait citer un groupe on pourrait parler du groupe américain Needtobreathe qu’on adore tous les trois. Il y a aussi des artistes comme Imagine Dragons ou Mumford & Sons qui sont de vraies influences, surtout en live. Il y en a beaucoup d’autres, mais ça donne déjà un bon exemple de ce qu’on écoute.

Avez-vous un projet que vous voulez réaliser prochainement et dont vous souhaitez parler?

Julien – Ahah vous voulez tout savoir !! Il se passe beaucoup de choses intéressantes pour nous en ce moment, les choses s’accélèrent pas mal, mais on reste surtout focalisés sur la sortie de notre 1er EP. On passe beaucoup de temps dans notre studio pour terminer les derniers morceaux. On a vraiment envie de proposer de belles choses, on a toujours plein d’idées donc on a parfois du mal à se dire qu’un morceau est terminé, mais on a vraiment hâte de partager tout ça avec vous ! 🙏

Leave a Reply