Non classé

Category Archives

MAD Suggests: Must watch Lebanese movies

MAD Suggests MoviesIf you’re a movie buff, you’re surely familiar with Arab cinema; afterall, Egypt is known for its long history of cinema especially during the 1940’s, 50’s and 60’s which were the years known as the Golden Years.
Egypt is not the only Arab country with a long history in cinema, but it is the leader; its successor being Lebanon. Cinema was introduced to Lebanon in the early 1900s, shortly after the first ever movie was released in France.
By the late 1920s, many theatres had already opened in Lebanon and by 1929, Lebanon’s first local film had been released. After that, cinema in Lebanon began to boom especially in the 60s and has since continued to flourish producing with it great directors and greater movies.
Below is a list of some of our TOP Lebanese movie recommendations!

Safar Barlik 
A must watch Lebanese classic starring Fairouz, Assi Rahbani, Salah Tizani and many other well known names. The events of this Lebanese gem takes place in 1914 during the Ottoman oppression.

Capernaum 
Directed by Nadine Labaki, Capernaum broke box office records and has since won over 20 local and international awards. The story caught many critics and movie-goers alike attention due to its controversial and sentimental plot.
The story revolves around a young boy who is in juvenile prison and decides to sue his parents for bringing him into the world. The plot follows the events leading up to his placement in jail and his hearing in front of the judge.

West Beirut
As the war breaks out in Lebanon, we follow the story of Tarek and Omar who now live in West Beirut. Tarek falls in love with someone from a different religion meanwhile his family wants to migrate.
The movie came out in 1998, was directed by the renowned Ziad Doueiri and was also nominated and has won several awards.

The Insult 
A devoted Christian, played by known comedian, TV host and actor Adel Karam, files a lawsuit against a Palesintian refugee worker.
As the case unravels, many issues concerning racism, the Lebanese war and genocides unravel.

Where Do We Go Now?
After a Cross is found broken and some sheep enter a Mosque, the Christian blame the Muslims and vice versa in a small, fictional village.
It is up to the women of the village to restore peace.

Ghadi 
A child with special needs is looked down upon by the entire village which forces his father, who is played by the renowned George Khabbaz, to do extreme things to keep the kid safe and with the family.
Ghadi portrays “being different” in a positive and entertaining way.

Bind Intersections
Coming from different backgrounds and having never met, three people play a huge role in each others’ lives without knowing.

Listen 
Two lovers, Joud and Rana, are forbidden from meeting, which prompts Joud, to send his lover letters in the form of recordings. This Lebanese hit was directed by the one-and-only Philippe Aractingi.

MAD Suggests: Songs to listen to on your next roadtrip!

MAD SuggestsWhile we have gotten comfortable and cozy in our city-life routine, it’s always nice to escape the hustle and bustle of modern life and go somewhere for some peace and quiet. Whether you’re planning a weekend getaway in the suburbs or you’re just driving around after midnight to clear your mind, we’ve compiled the ultimate road trip playlist for you! Ready? Set! Grab your keys, call your favorite companions and let’s hit the road.

The Classics:

The Essentials: 

The Top Picks:

  • Porcelain – Moby 
  • Waves – Mr. Probz (Rubin Schulz)
  • Live For Today – Nicolas Jaar
  • Recto Verso – Paradis
  • Still Corners – The Trip
  • Mr Tambourine Man – Bob Dylan
  • So Long Marianne – Leonard Cohen
  • Porque te vas – Jeanette

The Ones Every Guest Will Ask For:

Happy roadtripping and stay MAD (but safe!)

Durev : du rap à la pop urubaine!

Durev, instrumentiste qui a baigné depuis son enfance dans la musique, vient de passer du rap à la pop urbaine. Il a également, comme MAD, souhaitait aider des artistes indépendants grâce à son label Le Bon Cru. Découvre son parcours et ce qu’il va te réserver dans les prochains temps !

Que dis-tu de te présenter et nous expliquer comment tu es rentré dans le monde de la musique?
Je suis Originaire du sud de la France (vaucluse) où j’y ai grandi avant de partir étudier le management du sport à Lyon puis à Marseille pour le Master. Je suis aujourd’hui basé sur Paris depuis 3 ans.
J’ai toujours été proche de la musique, avec un père pianiste et fou amoureux de musique. Il était donc naturel pour moi d’intégrer dès mon plus jeune âge le conservatoire de ma ville (Cavaillon) pour y étudier le solfège et commencer un instrument. Le saxophone étant trop gros pour moi à l‘époque, j’ai commencé par la clarinette pendant 4 ans avant de passer au saxophone alto que je joue depuis maintenant près de 15 ans. A côté de la pratique d’un instrument, j’ai commencé aux alentours de 10 ans à écrire des chansons. A 15 ans j’ai enregistré et sorti mes premiers morceaux de rap sous le nom de DLV. J’ai continué dans le rap pendant 10 ans avec 2 mixtapes toujours en lignes dont un son qui a atteint un demi million de vues. Il y a maintenant plus d’un an, j’ai eu envi de renouveler mon univers et m’éloigner du rap pour recommencer un projet plus travaillé avec une équipe de professionnels qui m’entoure.

Le premier clip que j’ai moi-même produit est en ligne sous mon nouveau nom d’artiste, Durev.
Tu as monté ton propre label “Le Bon Cru” n’est-ce pas ?
Peux-tu nous raconter un peu son histoire ou une anecdote sympa dessus?
En effet j’ai monté en 2016 ma propre structure, qui est un label associatif. tout a débuté avec la création d’un studio d’enregistrement chez un ami qui était destiné aux jeunes artistes pour leur permettre d’enregistrer leurs premières maquettes. On a ensuite eu l’idée de monter notre propre évènement rassemblant plusieurs disciplines artistiques (peinture, photographie – Graff – court métrage -rap & Electro) dans le but de mettre en lumière les artistes indépendants de notre région. L’évènement s’est déroulé à l’Akwaba près d’Avignon durant l’été 2017 et à rassembler plus de 300 personnes.
Le studio de mon label « Le Bon Cru » a été déplacé par le suite sur Paris car je me suis installé là-bas pour des raisons professionnelles. Cette structure me permet aujourd’hui de m’auto-produire que ce soit au niveau de l’enregistrement des projets comme du tournage des clips vidéo.

Quels sont tes influences majeures dans la musique?
Elles sont très vastes et de tous genre musicaux. J’accorde beaucoup d’importance aux textes et aux mélodies envoûtantes.
Je vais vous faire ci-dessous une petite liste d’artistes et groupes qui ont marqué des moments de ma vie et vous allez voir que ça part un peu dans tous les sens:
Oxmo puccini, Lunatic, J.cole – Nina Simon – Eminem -IAM – La Fonky Family  – Lunatic – Nekfeu – Lomepal – jazzy bazz- Dennis Lloyd – Asaf Avidan -2pac – Biggie – kendrick Lamar- Asap Rocky- Alicia Keys – The Blaze – Cesar merveille – mercedes Sosa – G-Easy – Ibrahim maalouf – Jorja Smith -Norah Jones – Supertramp- Russ -Youssoupha, sade, jessie reyez, damien saez et j’en oublie encore beaucoup mais il fallait bien m’arrêter au bout d’un moment…

Que penses-tu de l’industrie musicale aujourd’hui et la scène dans laquelle tu évolues?
Avec l’essor des nouveaux modes de consommation de la musique, notamment avec youtube et le streaming, n’importe qui peut sortir un projet aujourd’hui. Les studios sont de plus en plus accessibles et les logiciels nous permettent de produire des musiques de qualité sans avoir à bouger de chez soi.
De ce fait, on retrouve une plus grande diversité de genre musicaux et il y a forcément du bon comme du moins bon. Mais je trouve ça assez bien d’avoir plus de choix car qui ne tente rien n’a rien et j’aime l’idée qu’un simple titre produit en indé devienne un tube et détrône les artistes signés dans les majors. Il est toutefois de plus en plus difficile de vivre de sa musique si on est pas signé en major malheureusement.
En ce qui concerne l’industrie musicale dite « commerciale » je trouve que les principales radios ne prennent pas assez de risques dans le choix des artistes qu’ils diffusent sur leurs antennes. On retrouve toujours les mêmes et c’est dommage car il y a beaucoup de talents qui mériteraient plus de visibilité.
Je n’ai pas encore la chance de faire pleinement parti de l’industrie car je ne vis pas exclusivement de ma musique. Donc le jour où j’y arrive, on en reparlera ensemble et je vous exprimerai mon point de vue.

Quels sont tes projets pour l’avenir?
Je suis reparti de 0 avec ce nouveau nom /projet. Le but étant de revenir avec un projet assez professionnel pour toucher un maximum de monde et ainsi être relayé par des médias influents.
J’ai déjà trois sons produits avec un producteur reconnu qui a travaillé avec de nombreux artistes. Ces musiques vont être clipées prochainement. En plus de cela j’ai une dizaine de maquettes que j’ai pour la plupart auto produites et qui vont être retravaillées avant d’être sorties.
A part si tu es très célèbre, les personnes n’ont plus le temps d’écouter un album entier donc je préfère me consacrer pour l’instant sur des titres forts pour me faire connaître du grand public. Je penserai à l’EP puis à l’album après avoir sorti 3 clips de qualité pro.

Vous pourrez retrouver le prochain clip dès septembre donc en attendant restez connecté et rejoignez-moi sur les réseaux 😉

Elio, il y a plus d’une manière de devenir humoriste!

Elio humoriste entrepreneur a fondé son propre comedy show sur Paris. Découvre comment il a réussi à accomplir son rêve d’enfance.

Salut Elio, que dis-tu de commencer par te présenter en quelques mots?
Comme tu l’as si bien dit, moi c’est Elio, et non pas Eliott comme souvent on a l’habitude de me faire la remarque ahah. J’ai 23 ans. Je suis d’origine franco libanaise et j’ai débuté le stand-up il y a tout juste 3 mois.
Lorsqu’on s’est rencontré, tu nous as dit que tu venais d’école de commerce.

Comment as-tu fait la transition jusqu’au Stand-Up ? Et comment as-tu connu le Stand-Up?
En école primaire en participant à la pièce de théâtre annuelle pour la présenter à la fin à nos parents. Ça m’amusait beaucoup de jouer des rôles mais je ne connaissais pas encore le stand-up.
Arrivé au collège, je commençais à regarder plusieurs one man/woman show avec mes cousines. Je rêvais de faire comme eux. On essayait de reproduire les sketchs vus à la télé devant nos parents. On leur disait “si on arrive à vous faire rire, on peut rester encore un peu plus”.
C’était à un spectacle de fin d’année en seconde au lycée que j’ai eu le déclic. On m’a proposé de jouer un second rôle pendant un sketch dans un centre culturel, la salle était pleine, environ 250 personnes. Les premiers mots étaient compliqués, une voix d’adolescent prépubère et un stress énorme.. Arrive la fin du sketch, et quand tu vois des personnes applaudir avec le sourire, tu as une sensation et une voix en toi qui te dit “mais oui c’est ça, c’est ce que je veux faire plus tard”. Tu es sur un petit nuage, et là, tu es rattrapé par la réalité de la vie..
Depuis le collège, le stand-up est dans un coin de ma tête mais ce n’était pas en adéquation avec l’éducation à la libanaise qui prône énormément les études et les diplômes. J’ai donc suivi ce chemin des études supérieures en faisant une école de commerce tout en gardant le stand-up en tête.
Après différentes expériences, je n’arrivais plus à supporter le train de vie “métro boulot dodo”. Je me suis dit “Elio tu as 23 ans, c’est le moment ou jamais”. Aujourd’hui, en 2019, avec la place des réseaux sociaux dans notre société, il y a énormément d’humoristes et de comédiens, il faut se différencier. Il faut mettre en place des stratégies de communication, en considérant différentes approches marketing et surtout avoir un sens de l’observation et de l’analyse : ce que j’ai appris dans mes études et dans le monde professionnel.

Aurais-tu quelques noms de comédiens et artistes qui ont influencé ton écriture et ta performance?
Vous. Vous êtes tous des artistes sur cette planète. Tous, une source d’inspiration pour n’importe quel humoriste.
Charlie Chaplin pour sa capacité à pouvoir faire rire sans parler. Gad Elmaleh et Jamel Debbouze pour leur présence scénique et leur jeu d’acteur.
Thomas Ngijol, Fary, Jason Brokers, Haroun, Roman Frayssinet, Camille Lellouche, Nadia Roz, Nawell Madani, Blanche Gardin, Shirley Souagnon.. 

Honnêtement je pourrais en citer tellement d’autres.
Il y a aussi d’autres artistes qui ne sont pas des humoristes, mais qui sont source d’inspiration pour leur écriture : Nekfeu et Youssoupha. La nouvelle génération qui arrive, ceux que j’ai eu l’occasion de rencontrer et avec qui j’ai partagé des scènes ouvertes promettent un bel avenir au stand-up. Et là aussi, je pourrais t’en citer énormément.
C’est pourquoi je vous invite tous à venir voir les scènes ouvertes, les nouveaux plateaux qui se développent, des futurs grands noms du stand-up sont en train d’éclore.

Niveau humour, t’es plutôt Pierre Desproges ou Jean-Marie Bigard?
Alors deux grands monsieurs, avec de très belles carrières dans ce milieu là. Deux artistes qui prônent chacun un humour plus ou moins différent. Un humour assez noir avec une plume particulière pour le premier et le deuxième un humour plus tranchant et très direct.
Je pense que je me rapproche un peu plus de Desproges (bien que l’égaler n’est pas possible), avec de temps en temps une Bigard touch, un message est clair et on se rappellera de vous.

Tu nous as aussi parlé du Pigalle Comedy Show qui est une initiative que tu as commencé il y a peu.

Peux-tu nous en parler plus en détail ?
Un mois après avoir commencé le stand-up, j’ai remarqué qu’à Paris de plus en plus de Comedy Clubs se développent et j’ai tout simplement voulu avoir mon plateau. C’est une manière pour moi d’entrer dans ce milieu par une autre porte. Le concept est d’inviter 6 à 8 humoristes (de débutants, confirmés à professionnels). Pendant 1h environ, on se succède et on essaye de vous faire rire un maximum.
Le petit plus que j’ai voulu rajouter, c’est qu’au Pigalle Comedy Show, l’artiste est au milieu du public et non pas devant. Cela permet de créer une vraie proximité et c’est un sacré exercice pour les humoristes. Le plateau est souvent suivi d’un aftershow (dédicace aux after-works d’entreprise). Nous sommes en train de penser à d’autres activités que l’on mettra en place à la rentrée.

Quels sont tes projets pour l’avenir?
Des projets tu peux en avoir des millions, des idées, tu en as tellement qui te traversent l’esprit en une journée. 

Mais le plus important selon moi c’est de se fixer des objectifs et de les atteindre. 

Du coup, oui j’ai des projets pour l’avenir, mais là je me concentre sur mes objectifs. 

Une fois que j’en ai atteint un, je mets en place le projet qui est lié, et ainsi de suite.

Mais je peux déjà te dire que nous sommes en train de travailler sur la dixième édition du Pigalle Comedy Show, un projet avec lequel je compte marquer le coup. (Petite dédicace à Anne qui m’aide pour ce plateau et à Jenny qui s’occupe de la communication). 

Lebanon’s First-Of-A-Kind Real Estate Entertainment TV Show Is Here!

What is Bedkon Beit?
Bedkon Beit is Lebanon’s first-of-its-kind real estate entertainment TV show produced by OBBO prod and powered by MAD. The show is the Lebanese version of the French Carrement Bien[s], which is the first real estate entertainment TV show broadcasted on TMC, part of TF1 Group, now in its 4th season in France.

In a country as beautiful, rich and diverse as Lebanon, our dynamic duo of hosts, Dany Saliba and Fay Abou Hassan, will not only be searching for the best real estate deals but they will also be experiencing the surroundings of each property area they visit by trying out fun different activities from skiing, basketball and yoga to recycling, arts and crafts!

When is Bedkon Beit landing in Lebanon?
Bedkon Beit kicks off on LBCI Lebanon starting June 5th, 2019, at 7:15am, 9:50am, 5:50pm, i.e three times a day for three times the fun, in addition to a prime episode every Saturday at 5:00 pm.

Who will be on the show?
The show will feature major real estate experts, consultants, developers and market players such as Demco Properties, Al Mawarid Real Estate, M1 Real Estate, Platinum Invest Holding, who will display and discuss their properties as Dany and Fay experience them as well as their surrounding areas.

That’s not the only thing you can expect on Bedkon Beit, as there will also be an artistic factor to the show! How? Different artists will be featured each prime for live shows and interviews for additional fun after all the real estate talk!

Real Estate Market in Lebanon
Are you looking to buy or sell a property or simply stay up-to-date on the Lebanese real estate market and its most prominent players? Whichever is the case, Bedkon Beit has got you covered ! Get Ready for Bedkon Beit on June 5th starting 7:15am.

Why should you tune in?
By now, you know how this show will be different from other real estate TV shows: in addition to being very entertaining, it features properties for everyone! Whether you’re a newly wed couple, a start-up company or someone who’s looking to come back to Lebanon to settle down, Bedkon Beit has what you are looking for. Don’t miss out on Lebanon’s NEWEST BIG hit. Stay tuned.

Check out Bedkon Beit on Facebook, Instagram and Youtube for regular, daily updates and more.

A Guide To The Art Scene in Beirut

Growing up in Lebanon, especially in Beirut, has given me the advantage of discovering almost all of its nooks and crannies. Beirut is a city rich with heritage, with culture and with history and in its undoubtable beauty lies so many hidden gems and secrets of the past. How does one discover what Beirut has to offer if not through its now booming art scene?

Of course, one cannot compare the growing art scene in Lebanon to that of European countries. Coming from a troubled past enriched with wars, sectarianism and division, Lebanese artists have a lot emotions to fuel their art with. This is what makes the art scene in Lebanon, especially in the capital of Beirut, unique; many artists draw on their personal experiences with civil war that extended from 1975 till the 1990s, with personal experiences of sectarianism, homophobia and even sexual harassment as well as their lack of inclusion due to feeling like they belong to a minority.

On the other hand, other artists are inspired by the beauty of the Lebanese heritage, old Beirut and the beauty of today’s activism.

Beirut Art Center
Known as one of Beirut’s biggest art venues, Beirut Art Center hosts art in all its forms: from musical performances to art galleries. It aims to portray all types of modern art.

Sursock Museum
Forever a pillar in the Lebanese art scene, Sursock became an even bigger cultural hub for artists after its renovation, hosting different exhibitions throughout each year with the aim to challenge and inform its audience.

Plan Bey
A worthy mention located in the heart of Mar Mikhael, Beirut, Plan Bey is a humble gallery with affordable, local paintings, photographs and postcards by Lebanese artists. The pieces reflect the city, and sometimes the country, through the eyes of their creators.

Art on the 56th
A historical building turned into a shelter for art in the heart of Gemmayze, this is how one can summarize Art on the 56th aside from its local and international selection of expressive art.

Quelques Pincements De Corde, Un Silence, Un Souffle… Et Une Voix: VASLO

VASLO, auteur/compositeur/interprète français, nous enivre par une musique douce, émouvante et puissante basé sur un mélange entre guitare et voix influencé par Brel, Edith Piaf, Jeff Buckley, Hanz Zimmer et bien d’autres artistes.
Anciennement dans le marketing, il est un nouvel artiste qui nous prouve que l’art est en chacun de nous. Découvrez son parcours qui l’a amené jusqu’à la musique et ses projets pour l’avenir.
Commençons simplement. Peux-tu te présenter en trois phrases s’il te plait?
Je m’appelle VASLO (Valentin Gilbert), je suis auteur/compositeur/interprète de chansons pop/folk en français et en anglais. Je joue de la guitare et m’accompagne d’une violoncelliste et d’un batteur. Mais le noyau dur de mon projet, c’est ma voix. Autour d’elle gravite tout le reste.

Tu nous as dit que tu venais d’école de commerce (dans le marketing). Comment en es-tu arrivé à une carrière dans la musique?
Jusqu’à mes 27 ans, j’ai vécu une vie plutôt conventionnelle. Un diplôme d’école de commerce en poche, j’ai en effet bossé 4 ans dans le marketing et la communication.
Mais en 2014 suite à une rupture, je décide de changer complètement de vie et de me lancer dans la musique avec quelques compos sous le coude. Les retours sont très positifs, ça me pousse à continuer. Et aujourd’hui, après 4 ans dans la musique, mon projet ne cesse de se développer. Un album est en cours de réalisation pour une sortie en novembre 2019, je suis soutenu par plusieurs dispositifs (La Manufacture Chanson, le dispositif Décibels) et je m’entoure de professionnels (une violoncelliste, un batteur, un producteur, une chargée de diffusion).

Est-ce qu’un jour tu te verrais retourner vers le monde de l’entreprise ? Ou tu es parti pour de bon et désormais c’est music for life?
Je continue d’avoir un pied dans la communication, je suis freelance et réalise des créations graphiques/web pour des artistes, des entreprises, des associations.
J’aime avoir ces 2 activités, musique et freelance. C’est un bon équilibre.

Tu joues principalement une folk française émouvante et puissante. Quelles sont tes influences et inspirations musicales?
J’ai été bien entendu très influencé par Brel, Piaf, Aznavour, Balavoine, Simon & Garfunkel, Jeff Buckley, Bette Midler,… plus récemment par Matthieu Chedid, Stromae, Ben Mazué, Asaf Avidan, M83, Archive. Ma musique a été aussi bercée par les grands compositeurs de musiques de film (Hans Zimmer, Armand Amar, Gustavo Santaolalla…) et les voix brisées du Fado portugais (Buika, Mariza…). Puis il y a la musique classique, l’électro, la folk africaine (Fatoumata Diawara, Toumani Diabaté)…bref tant de sons qui ont un écho dans ma musique.

Quand nous t’avons rencontré pour la première fois, tu nous avais parlé d’une collaboration avec d’autres musiciens. Peux-tu nous en parler un peu plus en détail s’il te plait?
La musique, c’est avant tout le partage. Avec le public mais aussi avec des musiciens. Au cours de ces 4 années, j’ai fait beaucoup de rencontres et collaboré avec beaucoup de musiciens qui m’ont accompagnés dans mon projet : un choeur gospel, une violoniste, un tromboniste,… J’ai construit le prochain album en trio avec Martina Rodriguez au violoncelle et Pierre Mahier à la batterie. Ils seront avec moi en tournée.
A côté de mon projet, je collabore avec des chanteuses pour des concerts dans des hôpitaux au chevet des enfants malades. Je chante aussi tous les dimanches avec un groupe au théâtre Trévise dans le cadre d’un spectacle qui s’appelle Le Fieald.
Je collabore aussi souvent avec une danseuse burlesque : Edenweiss. Elle chorégraphie des danses sur mes compositions.

Talent Hunt Nuit Bleue 2019 Powered by MAD

C’est parti pour la deuxième édition de la Talent Hunt Nuit Bleue !

En connexion directe avec Nuit Blanche, nous avons lancé Nuit Bleue, avec notre fournisseur officiel Bombay Sapphire, notre évènement expo d’arts hybrides parisien où nous révélons à notre communauté de MADers nos nouveaux talents MAD.

Plus de 300 photographes, peintres, réalisateurs, illustrateurs, sculpteurs et designer d’objets ont postulé à la Talent Hunt Nuit Bleue l’année dernière. Cette première expérience inédite a permis de révéler avec succès 14 nouveaux artistes et un gagnant MADly Blue, Donoplan.

#jeparticipe Cette année, nous renouvelons notre Talent Hunt Nuit Bleue : les candidatures sont ouvertes jusqu’au 27 Juin sur https://nuitbleue.howmadareyou.com en collaboration avec nos partenaires l’école des designers Ecole Studio Créa Paris, Itecom Art Design, l’association artistique Jeune Création, le collectif Fantôme et notre fournisseur officiel Bombay Sapphire.

How MAD are you? Si le bleu t’inspire, inscris-toi dès à présent et exprime ta créativité pour tenter d’être exposé(e) durant Nuit Bleue qui aura lieu le Samedi 5 Octobre 2019, en plein coeur du Marais.

MAD est le lieu de créations hybrides. A toi de te définir et nous montrer ta MADness! Il n’a pas de lignes directrices, ni de choses à faire ou à éviter, encore moins de cases à cocher.

Alors, how madly blue are you? Participe à ce concours pour avoir l’opportunité d’exposer à cet évènement annuel exceptionnel et très attendu et tente de gagner le prix de 1500€ offert par MAD!  

A MADly ACC Event : Congrats to Sarah Saroufim

Absolut Creative Event Competition Winner

With spring season finally here, creative talents have blossomed in Beirut !

In a race to find the next creative voice, Absolut in Lebanon has chosen its winning artist to enter the next stage of the Absolut Creative Competition. Sarah Saroufim has been revealed with her artwork “Don’t keep things bottled up” at the Absolut Creative Event, powered by MAD.

During the Absolut Creative Event held at Union Marks on April 29th, powered by MAD, artworks of the 6 finalists Sarah Saroufim, Lara Abi Saber, Jad Chidiac, Danielle El Hayek, Maher Mhanna and Tala Kawaa, were showcased, along with live performances from MAD artist Loopstache, DJ Yves El Khouri and calligrapher Ghaleb Hawila. Beirut creative visual artists, actors and fashion designers, attended the event.

Sarah Saroufim has been selected from over 200 artistic entries submitted in Lebanon and is now in with a chance to be selected as the global winner of the competition. The global winner will join the list of bold and iconic artists that the brand has previously collaborated with, such as Keith Haring, Romero Britto, Arman Armand and Maurizio Cattelan.

I created this artwork based on the idea that “everyone should be free to express themselves,” and as a way to support the destigmatization of talking about mental health. “Don’t keep things bottled up” is a visual pun or play on words based of course on the iconic image of the Absolut bottle, and the saying that encourages to share our thoughts and feelings with others. A speech bubble can be considered a universal symbol for dialogue, and in this case, the overflow of speech bubbles is at once reminiscent of the liquid pouring out of the bottle and of a sudden emotional release. I’m grateful to be chosen as one of the finalists for this cool contest, and I hope I can start practicing what I preach! “ said Sarah Saroufim.

Sarah Saroufim is a recent graduate from the graphic design program of the American University of Beirut. She’s currently working on her black & white illustrations, comics and animations. She’s also passionate about photography, cuisine and most of all: rock n’ roll!

Carefully selected by a jury panel consisting of award-winning design artist Yara Khoury Nammour and visual designer Gabriel Ferneiné, the winning artist for Lebanon has poured her heart and soul into creating a design showcasing her vision of a better tomorrow. By expression her own inner passions, she has used her artwork to carry a message of a more open, equal and inclusive world.

Next stop, Stockholm, for the global winner announcement. Stay Tuned !

Image Gallery here 👉 https://tinyurl.com/yyrnlhjt

How MAD was Absolut Invite Lebanon?

#HowMADisAbsolut Is the best bartender team in the world from Lebanon? That’s exactly what Absolut Invite Lebanon bartending competition was all about. Because bartending in a popular bar is not just about mixing fantastic cocktails, Absolut teamed up with MAD to hold this competition for the first time in Lebanon, earlier this month.

#ArtMusicCocktails Absolut Invite Lebanon took place at Jackie O, in the presence of Rico Dynan, global brand ambassador for Absolut Vodka, Sarah Witwoet, Regional Brand Manager of Pernod Rocard EMEA and the totally MAD Tarek Moukkadem, photographer and visual artist, jury members of the competition.

#FromBeirut2Ahüs Competing bar teams proved themselves in speed, knowledge, consistency and creativity challenges. Bachar and Cesar from Bonavida Mar Mikhael had all that, and more, and will be representing Lebanon at the international finals of Absolut Invite in Åhus in Sweden in June, where every single bottle of Absolut is produced. Let’s keep our fingers crossed that Bachar and Ceasar will win and show the world just how amazingly tasty and skilled Lebanon is!

#NothingtoHide Selected Lebanese artists and guests attended this event such as Adonis and the designers Boshies and Nour Najem, with the dress code Nothing to hide, in line with Absolut vodka’s full transparency policy.

#MADcollaborations From Paris where this partnership was decided to Beirut where it took place, this brand partnership is a perfect illustration of the collaborations and experiences created between brands and artists thanks to the MAD marketplace. Artists & brands, sign up now on www.howmadareyou.com to create amazing MAD experiences & collaborations!

PS: drink responsibly!

 

Bashar and Caesar competiting at the Absolut Invite Lebanon to be the best Lebanese bartender team!

 

Caesar mixing a MAD cocktail at the Absolut Invite Lebanon

 

Bashar making his bartending show at the Absolut Invite Lebanon

 

Bonavida, winners of the Absolut Lebanon bartending competition 2018