MAD

Category Archives

Journey of adventure and photography: Fourscape!

Fourscape, a collective of adventure seekers with a multidisciplinary background in photography and sound, will be with us during our MAD Sessions. If you want to know more about who they are, read on.
First of all, how did you come up and choose the name Fourscape?
Fourscape is a team of four people who escaped the city searching for a new photographic experience; it didn’t stop there, it became a quest for adventure. Hence, the name Fourscape comes from our own experience that started collectively years ago whilst the team grew.
Tell us more about yourselves
We’re each talented in different domains. What brings us together is our passion for photography and adventure.
Salim has a background in environmental engineering and research but is mad about photography and art.
Walid is a freelance photographer with a background in research and urban issues.
Elie is a photographer , DJ and a Bartender with a background in business and marketing
Mahdi is a designer as well as a professional bartender and musician.
You’re adventure seekers, where is your favorite spot in Lebanon to go wild?
Wherever we can escape the pollution and find beautiful skies and landscapes, we will be there!
How can you describe the journey of stargazing and night-sky photography?
It’s a mesmerizing and fulfilling experience.
We never get enough of it!
You’re soon launching a MAD Experience, give us a preview on what to expect.
As a team, we have already developed and prepared our collective skills to introduce amateur and professional photographers to the world of night photography, more specifically in relation to star-gazing and astro-landscape imaging. Along with MAD, we’re looking forward to introduce an unforgettable teaching experience. People who join this one night session will have the opportunity to learn basic astro photographic skills, sleep in a breathtaking location (to be confirmed accordingly), and have some yummy food!
Now on a less formal note, do you guys get along or do you have your clashes?
We definitely have our clashes about making the best of the Fourscape team
If you could be one food, what would it be?

Elie: Olive

Mahdi: Fatte b Laban

Salim: Mjaddara

Walid: Bourghol
How MAD are you?
Just wait for it and you’ll see!

Meet the electro-visual duo you’re going to fall for!

For our MAD Sessions in Beirut, we’re introducing you to local talents daynone and Firas Haidar. These MAD talents will stun you all night with an infusion of electronic music and visual representations to along with it. Let’s meet them below!
Both of you have full time jobs, so what do you currently do?

Daynone: I work as an iOS engineer at Anghami and make my music on the side. Working at a music-related tech company helps me even further think about what the possibilities of music mixed with technology are.

Firas: I have been lucky enough to find enough success as a freelance photographer and videographer.

How and when did you first begin working together to create this musical, visual journey? 

Firas: We’ve been really close friends since our first year of university, when we both met as engineering students but found out about each other’s passion for the arts. As aspiring artists at the time, it was easy for us to imagine how a musician and a filmmaker can collaborate. It’s just been a lot of fun and experimentation since then, as our first collaboration came when I helped Samir create visual content for Dis/covered back in 2017.

So, we’ve heard about SYD… Who and what is SYD? Why SYD?

Firas: SYD is an interactive music visualization tool that mainly controls videos in real-time based on the frequency, tempo, and beat of the music. We first conceptualized a very early version of this program with our close friends, Joseph and Ziad, as a final project for our audio engineering course; then continued improving it together after we graduated. We named it SYD because we needed a name and thought of Pink Floyd’s Syd Barret.

Explain more about the link between what you’ve studied in university and how you managed to bring it into what you’re doing now. 

Both: If we’re talking about SYD, then we don’t think we would’ve been able to come up with this concept and bring it to life had we not studied engineering. Samir has known how to program software since high school, but taking an audio engineering course really helped us figure out how to use music and the different parameters of sound to manipulate video.

If you could be one song, what song would you choose?
Daynone: I would choose to be LCD Soundsystem’s Dance Yrself Clean. Have a long but well-rounded build-up that’s still enjoyable as a separate entity, and then eventually come in with the main beat and melody, the “oh that’s what he’s been building towards” moment. Honestly, anything’s better than being a song that’s characterized by just one good drop.

Firas: This question is evil, but if I absolutely had to, then Pyramids (Frank Ocean), No Church In The Wild (Kanye West and Jay Z), Loud Places (Jamie xx), and Starman (David Bowie) are the first songs that come to mind. I know you only asked for one but this is my compromise.

And if you could be one movie, what movie would you choose?

Daynone: Hmm.. Scott Pilgrim vs the World maybe? The aesthetics and surrealism of that world are just very appealing to me. I could do without the cold though.

Firas: Evil. But maybe Spirited Away (Hayao Miyazaki), Blade Runner 2049 (Dennis Villeneuve), Her (Spike Jonze), What We Do In The Shadows (Taika Waititi), Mad Max: Fury Road (George Miller). Different moods, different movies. I really can’t choose one.

Who are the people that inspire what you do? 

Daynone: Nicolas Jaar, Four Tet, Brian Eno, Jon Hopkins, Lou Reed, Kanye West, James Murphy.

Firas: The artists I have mentioned above are direct influences on who I want to become. I would also add Donald Glover, Tyler, The Creator, Paul Thomas Anderson, David Lynch, Nicholas Winding Refn, Vince Gilligan, Cary Fukunaga, Brockhampton, and many others. 

I think there are so many people out there to draw influence and learn from. If I were to focus more on local artists who have influenced me, I’d name my partner, Nour Annan, my short film’s producer, Tariq Keblaoui as well as playwright, director and university professor Sahar Assaf.

What should people expect on July 31st?
Both: We will be delivering exactly what we promised: good music manipulating good visuals in an interesting way. If the crowd enjoys that, then we will all be sharing a memorable audiovisual experience together.

How MAD are you?

“moderately” 

MAD Suggests: What to do in Lebanon this summer?

What time is it? Summertime!

It’s everyone’s favorite time in Lebanon, a season filled with beach parties, concerts and live performances, hiking trips and camping but most importantly, carefree fun.
Check out our MAD suggestions for some cool things you can do in Lebanon this summer.

Dive in
Head south to the beautiful area of Naqoura where you can let out your adventurous side in the heart of nature. Enjoy beautiful green sceneries, clear blue waters and an overall fun road trip to escape the chaos of city life as you leave your worries behind.

The great outdoors
Summertime is a great time to bask in the outdoors. Head to Maameltein for some paragliding over the Jounieh coast where you can indulge in the beauty of Lebanese scenery or head to Wadi Qannoubine for an out-of-this-world hiking experience that’s bound to make you fall in love with nature.

Time for a laugh?
Not in the mood for a typical night out with friends? Not a problem! Head to KED on Tuesdays for a laughter-filled night. KED, an urban exhibition and events venue, in partnership with Awk.ward bring you a line-up of Lebanon’s best comedians! Care for a laugh?

Look at the stars, look how they shine for you
Who of us wouldn’t love to spend a night under the stars with the people we love most? That’s possible in the magical Aakoura up north. Set up your tents, ready your telescopes and bring a blanket for a cozy night out, under the stars.

Night at the museum
Located along the coast of Al Heri a bit after Batroun, you will find NABU, a museum that features collections from the Levant and Mesopotamia. The museum aims to promote Lebanese culture and is generally an absolute delight to visit.

Diamonds in the rough
Take a stroll from Downtown Beirut through Gemmayze to Mar Mikhael to discover some of Beirut’s best hidden bars and restaurants in the nooks and corners of the historic streets. Places like Meat the Fish, Motto and The Lebanese Bakery will satisfy your food cravings while places like Tenno, Demo, Electric Bing Sutt and Internazionale are sure to offer you a different kind of buzz! 

Any cool suggestions? Let us know in the comments!

Qui sont les artistes MADly Blue sélectionnés pour Nuit Bleue?

La Talent Hunt Nuit Bleue vient de s’achever, c’est donc le moment de révéler les artistes qui exposeront le Samedi 5 Octobre prochain à notre Nuit Bleue qui aura lieu à l’Espace Marais à Paris!
Les 17 artistes finalistes sélectionnés pour la seconde édition de Nuit Bleue auront l’opportunité de mettre en lumière leurs oeuvres lors d’un vernissage qui se tiendra le Samedi 5 Octobre au sein de l’Espace Marais, dans le 3eme arrondissement de Paris.
A l’issue de cette soirée dont Bombay Sapphire est le fournisseur officiel, le jury exceptionnel composé de Théo Gosselin, Louis Dazy et Romain Costa, désignera le talent le plus prometteur qui remportera la somme de 1 500 € pour mener à bien ses futurs projets artistiques.

Sans plus attendre, voici les artistes sélectionnés pour Nuit Bleue :

Gaëlle Cueff, Sabine Raymond, Chloé Ruchon, Rosemary Chatin Yeoward, Véronique Gérard, Etienne Grenier, Maison Bernie, LUXVictor Madelaine, Virginie  Rose, Juan Del’OMaude Reduron, Artiste Ouvrier, Alexis Dresco, Gilles Quéré, Adeline Spengler et Dubois.

L’artiste MADly Blue sera révélé(e) à l’issue de la Nuit Bleue du Samedi 5 Octobre à l’Espace Marais, de 19h à 23h, au 5bis rue de Beauce, 75003 Paris.

Durev : du rap à la pop urubaine!

Durev, instrumentiste qui a baigné depuis son enfance dans la musique, vient de passer du rap à la pop urbaine. Il a également, comme MAD, souhaitait aider des artistes indépendants grâce à son label Le Bon Cru. Découvre son parcours et ce qu’il va te réserver dans les prochains temps !

Que dis-tu de te présenter et nous expliquer comment tu es rentré dans le monde de la musique?
Je suis Originaire du sud de la France (vaucluse) où j’y ai grandi avant de partir étudier le management du sport à Lyon puis à Marseille pour le Master. Je suis aujourd’hui basé sur Paris depuis 3 ans.
J’ai toujours été proche de la musique, avec un père pianiste et fou amoureux de musique. Il était donc naturel pour moi d’intégrer dès mon plus jeune âge le conservatoire de ma ville (Cavaillon) pour y étudier le solfège et commencer un instrument. Le saxophone étant trop gros pour moi à l‘époque, j’ai commencé par la clarinette pendant 4 ans avant de passer au saxophone alto que je joue depuis maintenant près de 15 ans. A côté de la pratique d’un instrument, j’ai commencé aux alentours de 10 ans à écrire des chansons. A 15 ans j’ai enregistré et sorti mes premiers morceaux de rap sous le nom de DLV. J’ai continué dans le rap pendant 10 ans avec 2 mixtapes toujours en lignes dont un son qui a atteint un demi million de vues. Il y a maintenant plus d’un an, j’ai eu envi de renouveler mon univers et m’éloigner du rap pour recommencer un projet plus travaillé avec une équipe de professionnels qui m’entoure.

Le premier clip que j’ai moi-même produit est en ligne sous mon nouveau nom d’artiste, Durev.
Tu as monté ton propre label “Le Bon Cru” n’est-ce pas ?
Peux-tu nous raconter un peu son histoire ou une anecdote sympa dessus?
En effet j’ai monté en 2016 ma propre structure, qui est un label associatif. tout a débuté avec la création d’un studio d’enregistrement chez un ami qui était destiné aux jeunes artistes pour leur permettre d’enregistrer leurs premières maquettes. On a ensuite eu l’idée de monter notre propre évènement rassemblant plusieurs disciplines artistiques (peinture, photographie – Graff – court métrage -rap & Electro) dans le but de mettre en lumière les artistes indépendants de notre région. L’évènement s’est déroulé à l’Akwaba près d’Avignon durant l’été 2017 et à rassembler plus de 300 personnes.
Le studio de mon label « Le Bon Cru » a été déplacé par le suite sur Paris car je me suis installé là-bas pour des raisons professionnelles. Cette structure me permet aujourd’hui de m’auto-produire que ce soit au niveau de l’enregistrement des projets comme du tournage des clips vidéo.

Quels sont tes influences majeures dans la musique?
Elles sont très vastes et de tous genre musicaux. J’accorde beaucoup d’importance aux textes et aux mélodies envoûtantes.
Je vais vous faire ci-dessous une petite liste d’artistes et groupes qui ont marqué des moments de ma vie et vous allez voir que ça part un peu dans tous les sens:
Oxmo puccini, Lunatic, J.cole – Nina Simon – Eminem -IAM – La Fonky Family  – Lunatic – Nekfeu – Lomepal – jazzy bazz- Dennis Lloyd – Asaf Avidan -2pac – Biggie – kendrick Lamar- Asap Rocky- Alicia Keys – The Blaze – Cesar merveille – mercedes Sosa – G-Easy – Ibrahim maalouf – Jorja Smith -Norah Jones – Supertramp- Russ -Youssoupha, sade, jessie reyez, damien saez et j’en oublie encore beaucoup mais il fallait bien m’arrêter au bout d’un moment…

Que penses-tu de l’industrie musicale aujourd’hui et la scène dans laquelle tu évolues?
Avec l’essor des nouveaux modes de consommation de la musique, notamment avec youtube et le streaming, n’importe qui peut sortir un projet aujourd’hui. Les studios sont de plus en plus accessibles et les logiciels nous permettent de produire des musiques de qualité sans avoir à bouger de chez soi.
De ce fait, on retrouve une plus grande diversité de genre musicaux et il y a forcément du bon comme du moins bon. Mais je trouve ça assez bien d’avoir plus de choix car qui ne tente rien n’a rien et j’aime l’idée qu’un simple titre produit en indé devienne un tube et détrône les artistes signés dans les majors. Il est toutefois de plus en plus difficile de vivre de sa musique si on est pas signé en major malheureusement.
En ce qui concerne l’industrie musicale dite « commerciale » je trouve que les principales radios ne prennent pas assez de risques dans le choix des artistes qu’ils diffusent sur leurs antennes. On retrouve toujours les mêmes et c’est dommage car il y a beaucoup de talents qui mériteraient plus de visibilité.
Je n’ai pas encore la chance de faire pleinement parti de l’industrie car je ne vis pas exclusivement de ma musique. Donc le jour où j’y arrive, on en reparlera ensemble et je vous exprimerai mon point de vue.

Quels sont tes projets pour l’avenir?
Je suis reparti de 0 avec ce nouveau nom /projet. Le but étant de revenir avec un projet assez professionnel pour toucher un maximum de monde et ainsi être relayé par des médias influents.
J’ai déjà trois sons produits avec un producteur reconnu qui a travaillé avec de nombreux artistes. Ces musiques vont être clipées prochainement. En plus de cela j’ai une dizaine de maquettes que j’ai pour la plupart auto produites et qui vont être retravaillées avant d’être sorties.
A part si tu es très célèbre, les personnes n’ont plus le temps d’écouter un album entier donc je préfère me consacrer pour l’instant sur des titres forts pour me faire connaître du grand public. Je penserai à l’EP puis à l’album après avoir sorti 3 clips de qualité pro.

Vous pourrez retrouver le prochain clip dès septembre donc en attendant restez connecté et rejoignez-moi sur les réseaux 😉

Elio, il y a plus d’une manière de devenir humoriste!

Elio humoriste entrepreneur a fondé son propre comedy show sur Paris. Découvre comment il a réussi à accomplir son rêve d’enfance.

Salut Elio, que dis-tu de commencer par te présenter en quelques mots?
Comme tu l’as si bien dit, moi c’est Elio, et non pas Eliott comme souvent on a l’habitude de me faire la remarque ahah. J’ai 23 ans. Je suis d’origine franco libanaise et j’ai débuté le stand-up il y a tout juste 3 mois.
Lorsqu’on s’est rencontré, tu nous as dit que tu venais d’école de commerce.

Comment as-tu fait la transition jusqu’au Stand-Up ? Et comment as-tu connu le Stand-Up?
En école primaire en participant à la pièce de théâtre annuelle pour la présenter à la fin à nos parents. Ça m’amusait beaucoup de jouer des rôles mais je ne connaissais pas encore le stand-up.
Arrivé au collège, je commençais à regarder plusieurs one man/woman show avec mes cousines. Je rêvais de faire comme eux. On essayait de reproduire les sketchs vus à la télé devant nos parents. On leur disait “si on arrive à vous faire rire, on peut rester encore un peu plus”.
C’était à un spectacle de fin d’année en seconde au lycée que j’ai eu le déclic. On m’a proposé de jouer un second rôle pendant un sketch dans un centre culturel, la salle était pleine, environ 250 personnes. Les premiers mots étaient compliqués, une voix d’adolescent prépubère et un stress énorme.. Arrive la fin du sketch, et quand tu vois des personnes applaudir avec le sourire, tu as une sensation et une voix en toi qui te dit “mais oui c’est ça, c’est ce que je veux faire plus tard”. Tu es sur un petit nuage, et là, tu es rattrapé par la réalité de la vie..
Depuis le collège, le stand-up est dans un coin de ma tête mais ce n’était pas en adéquation avec l’éducation à la libanaise qui prône énormément les études et les diplômes. J’ai donc suivi ce chemin des études supérieures en faisant une école de commerce tout en gardant le stand-up en tête.
Après différentes expériences, je n’arrivais plus à supporter le train de vie “métro boulot dodo”. Je me suis dit “Elio tu as 23 ans, c’est le moment ou jamais”. Aujourd’hui, en 2019, avec la place des réseaux sociaux dans notre société, il y a énormément d’humoristes et de comédiens, il faut se différencier. Il faut mettre en place des stratégies de communication, en considérant différentes approches marketing et surtout avoir un sens de l’observation et de l’analyse : ce que j’ai appris dans mes études et dans le monde professionnel.

Aurais-tu quelques noms de comédiens et artistes qui ont influencé ton écriture et ta performance?
Vous. Vous êtes tous des artistes sur cette planète. Tous, une source d’inspiration pour n’importe quel humoriste.
Charlie Chaplin pour sa capacité à pouvoir faire rire sans parler. Gad Elmaleh et Jamel Debbouze pour leur présence scénique et leur jeu d’acteur.
Thomas Ngijol, Fary, Jason Brokers, Haroun, Roman Frayssinet, Camille Lellouche, Nadia Roz, Nawell Madani, Blanche Gardin, Shirley Souagnon.. 

Honnêtement je pourrais en citer tellement d’autres.
Il y a aussi d’autres artistes qui ne sont pas des humoristes, mais qui sont source d’inspiration pour leur écriture : Nekfeu et Youssoupha. La nouvelle génération qui arrive, ceux que j’ai eu l’occasion de rencontrer et avec qui j’ai partagé des scènes ouvertes promettent un bel avenir au stand-up. Et là aussi, je pourrais t’en citer énormément.
C’est pourquoi je vous invite tous à venir voir les scènes ouvertes, les nouveaux plateaux qui se développent, des futurs grands noms du stand-up sont en train d’éclore.

Niveau humour, t’es plutôt Pierre Desproges ou Jean-Marie Bigard?
Alors deux grands monsieurs, avec de très belles carrières dans ce milieu là. Deux artistes qui prônent chacun un humour plus ou moins différent. Un humour assez noir avec une plume particulière pour le premier et le deuxième un humour plus tranchant et très direct.
Je pense que je me rapproche un peu plus de Desproges (bien que l’égaler n’est pas possible), avec de temps en temps une Bigard touch, un message est clair et on se rappellera de vous.

Tu nous as aussi parlé du Pigalle Comedy Show qui est une initiative que tu as commencé il y a peu.

Peux-tu nous en parler plus en détail ?
Un mois après avoir commencé le stand-up, j’ai remarqué qu’à Paris de plus en plus de Comedy Clubs se développent et j’ai tout simplement voulu avoir mon plateau. C’est une manière pour moi d’entrer dans ce milieu par une autre porte. Le concept est d’inviter 6 à 8 humoristes (de débutants, confirmés à professionnels). Pendant 1h environ, on se succède et on essaye de vous faire rire un maximum.
Le petit plus que j’ai voulu rajouter, c’est qu’au Pigalle Comedy Show, l’artiste est au milieu du public et non pas devant. Cela permet de créer une vraie proximité et c’est un sacré exercice pour les humoristes. Le plateau est souvent suivi d’un aftershow (dédicace aux after-works d’entreprise). Nous sommes en train de penser à d’autres activités que l’on mettra en place à la rentrée.

Quels sont tes projets pour l’avenir?
Des projets tu peux en avoir des millions, des idées, tu en as tellement qui te traversent l’esprit en une journée. 

Mais le plus important selon moi c’est de se fixer des objectifs et de les atteindre. 

Du coup, oui j’ai des projets pour l’avenir, mais là je me concentre sur mes objectifs. 

Une fois que j’en ai atteint un, je mets en place le projet qui est lié, et ainsi de suite.

Mais je peux déjà te dire que nous sommes en train de travailler sur la dixième édition du Pigalle Comedy Show, un projet avec lequel je compte marquer le coup. (Petite dédicace à Anne qui m’aide pour ce plateau et à Jenny qui s’occupe de la communication). 

Getting MAD in Beirut this summer!

Summer In Lebanon
Summer has knocked on Lebanese doors way sooner than intended this year, with high temperatures kicking in since mid April. For some people, this news does not mean anything. For others, it means something great: More. Summer. Events.

Lebanon is known for its highly acclaimed nightlife, which is not only centered in the capital Beirut but is highly eminent all throughout different areas as well; from beach parties in the south to rooftop sessions in the north, the Lebanese do not hold back when it comes to mixing talent and fun.

What About MAD?
With our growing repertoire of artists in Music, Arts and Design, we have decided to jump on the party wagon and make the best of the Lebanese summer in our MAD way.

If you’re already a part of the MAD community, get ready; if you’re not, sign up! You don’t want to miss this!

MAD Sessions: What Are They?
Growing on the name, MAD, the sessions will host artists from different categories for one night full of music, art, design and most importantly, fun. These independent events will be hosted in different locations with a new set of artists each time.

And What To Expect?
Sessions will hopefully be held at least once every couple of months, with the first kicking off sooner than you’d think! Care to take a guess as to when we’re hosting our FIRST MAD Session?

As a community, our biggest aims are to support artists through their journeys as well as create a unison of support between all artists. In brief, we not only want to bring these artists together for the people, we want them to grow together.

The concept of mixing different types of art in one event puts the focus on not only one type of art, but many, therefore allowing attendees to explore new artists during each event.

Missed one? There will always be another.

James Purpura, peintre synesthète

Peintre américain synesthète, James Purpura est autodidacte. Peignant depuis 2003, il se qualifie comme coloriste, et souhaite inspirer les gens par une peinture parfois abstraite afin de développer leur imagination.
Il est aujourd’hui situé au 59 Rivoli où il y expose ses peintures.

Peux-tu te présenter en quelques mots s’il te plait?

Je suis né aux États-Unis, dans l’Ohio, et j’ai vécu à Seattle et Los Angeles. J’ai fait beaucoup de voyages en traversant le pays en voiture, et je préfère le désert, là où il n’y a rien, personne, un grand vide. Je vis à Paris depuis une quinzaine d’années et aussi j’ai fait pas mal de voyages en France et dans d’autres pays d’Europe. J’aime bien les îles de la Bretagne.

Quand et comment t’es-tu mis à la peinture ? Es-tu autodidacte ou as-tu suivies des études d’art?

En 1999 j’ai fait un rêve, et ce rêve a eu lieu dans le désert, et tout était bleu… le ciel, l’air, j’étais entouré par ce bleu infini… Pendant 5 ans ce bleu était un peu coincé dans ma tête, et un jour en 2003 je me promenais à Seattle et je me suis trouvé devant un magasin consacré aux beaux-arts. Je suis entré pour acheter les choses nécessaires pour recréer ce bleu, et ainsi ma première toile s’intitule “Rêve bleu”.

Je n’avais jamais suivi de cours d’art ni d’histoire de l’art, je suis vraiment autodidacte. La première peinture était un peu intimidante. Mais chaque tableau est un jeu de couleurs. Je suis un coloriste.

Quand t’es-tu rendu compte que tu étais un synesthète?

J’étais en train de réaliser “Rêve bleu” et j’étais bien coincé, donc j’ai dû m’arrêter, prendre une pause. Un jour j’ai mis le “Boléro” de Ravel, et en écoutant ce morceau j’ai vu les images, les couleurs, le mouvement. J’ai repris la toile, et grâce à ce morceau j’ai pu la terminer. J’ai utilisé ce morceau pour la toile suivante et pour encore d’autres, et au bout d’un moment j’ai osé essayer d’autres morceaux de musique. Après quelques années j’ai appris qu’il y avait un nom spécifique pour qualifier ce phénomène : la synesthésie.

Ainsi, tu peins la musique. As-tu une musique qui t’as particulièrement inspiré, une sorte de muse musicale?

Je suis assez éclectique, j’écoute aussi bien Ravel, Debussy, Philip Glass et Alexandre Desplat que certains morceaux de pop de Madonna, Britney Spears et de la musique dance (“Belfast” de Orbital, par exemple).

Par simple curiosité personnelle : Quel genre musical préfères-tu ? Et lequel te définirait le mieux?

Je n’ai pas de préférence particulière, ça dépend de mon humeur, du genre de peinture que j’ai envie de créer selon l’énergie dégagée par la musique. En tout cas j’ai besoin de musique qui manifeste une profondeur, une certaine intelligence, des thèmes, et des motifs forts.

Quelle est ta démarche artistique ? Ton processus de peinture et ton but?

J’ai eu depuis toute ma vie une vision créative, une imagination très forte. J’imagine des histoires et si des gens me demandent qui les a imaginées, je leur réponds que c’est moi. Mon but est de retranscrire ma vision créative et imaginative sur toile, d’oser, de laisser dialoguer les couleurs sur la toile et de créer une histoire au-delà de ce qu’on voit tout de suite. Toutes sortes de thèmes s’adaptent à ce jeu, soit les paysages, soit l’abstrait, soit un mélange des deux… Inspiré aussi par la lumière et par mes propres voyages, mon but est d’inspirer les gens, de les inciter à penser autrement, et de stimuler leur imagination…

Quels sont tes futurs projets?

Je travaille sur quelques commandes actuellement, et j’aimerais créer un livre de mon art. Je voudrais réaliser un grand projet artistique pour que plus de monde puisse découvrir mon travail.

Harissa, une exploration musicale entraînante et colorée du Jazz au Klezmer

Harissa, mélange tous les genre. Le quatuor s’ancre d’abord dans le Jazz pour ensuite dériver vers une composition personnelle et puissante s’inspirant autant de hip hop, de rock, de musique Klezmer, d’afro beat ou encore de disco.

Influencés par les plus grands comme Ibrahim Malouf, les Red Hot Chili Peppers ou encore Marcus Miller, ils nous emmènent dans un univers dansant et coloré.

En une phrase, le but d’Harissa “est de voir le public danser et être emporté par notre musique, de le voir oublier les soucis du quotidien et sourire avec nous”.

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques phrases?

Bonjour ! Nous sommes Harissa, une formation groove/jazz/hop instrumentale basée dans l’Est parisien. Mickaël est au claviers, Adrien à la batterie, Francisco à la trompette et Valentin à la basse.

Comment vous êtes-vous rencontré?

Le noyau dur du groupe s’est rencontré en ligne, grâce à un forum de musiciens. Puis notre propre réseau d’amis a fait le reste.

Quel est votre processus de création et quel est votre message?

Généralement, c’est Mickaël qui propose des idées de grilles d’accords et mélodies en répète, puis chacun suggère des évolutions, ajoute sa touche. Francisco aime peaufiner les mélodies, intégrer des atmosphères pour mettre en valeur des parties d’improvisation, mais aussi caler ici et là des phrases tirées d’autres morceaux connus (ex: la cucaracha !). Valentin et Adrien adorent insérer ici et là des rythmes et mises en places inspirés d’autres styles qu’ils affectionnent, comme par exemple: disco, zouk, swing, hip hop, afro beat, rock, voire punk rock !

Nos morceaux sont instrumentaux, donc aucun message ne passe de manière explicite quand on écoute notre musique. En revanche, j’aime penser que nos compositions et notre manière de les interpréter transpirent plusieurs valeurs qui sont importantes pour nous: l’ouverture d’esprit, l’écoute des autres, la liberté, le plaisir de partager, et aussi prendre un peu de recul de temps en temps, pour mieux avancer ensuite !

Vous avez une grande variété d’influences musicales, quels sont les artistes qui vont ont le plus marqué?

On est évidemment pas tous fans individuellement de chacun de ces artistes, mais certain.e.s reconnaîtront des influences de Snarky Puppy, Marcus Miller, Ibrahim Maalouf, Avishai Cohen, Kamasi Washington, des Red Hot Chili Peppers, mais aussi de musiques Klezmer, et même de “dream techno” des années 90.

Vous avez sorti un EP “Karabana” fin 2018. Pouvez-vous nous parler de son histoire en quelques mots?

On a sorti Karabana pour faire découvrir notre musique sur toutes les plateformes d’écoute et nous aider à trouver des opportunités de partager notre répertoire en live. On a fait exprès de choisir 3 morceaux très différents pour montrer la diversité de nos influences, pour donner un échantillon large des émotions qu’on aime exprimer au travers de nos composition:

  • “Tierra” est le premier morceau qu’on a diffusé. Coloré et festif, c’est devenu l’hymne d’Harissa en concert.
  • Ensuite, “Yemenite Dance” est une ballade un poil moins directe, plus introspective. Son thème est facile à retenir et chanter, sans pour autant être prévisible.
  • Enfin, au delà du jeu de mot, “Tribal Pursuit” est un parti-pris artistique qu’on a posé en fin d’album pour conclure en suscitant la surprise et la curiosité: on y mêle des sons de synthés inspirés de musique électronique avec des rythmes tribaux démocratisés par le groupe de thrash metal Sepultura. C’est au final un morceau très dynamique qui pourra plaire à un large spectre de sensibilités musicales, au delà des fans de fusion jazz.

Que pensez-vous de la scène musicale actuelle ? Comment la percevez-vous?

On s’enrichit beaucoup de la nouvelle scène jazz, très métissée, parfois accessible, parfois plus complexe.

A côté de ça, on s’amuse beaucoup (parfois en riant jaune) à caricaturer les tendances des artistes les plus populaires en France aujourd’hui: rythmes hip-hop hyper lourds, l’auto-tune poussé à fond, les paroles crues et parfois cryptiques qui plaisent à un public large malgré la violence, la misogynie et les clichés qui sont souvent employés. Il faut de tout pour faire un monde, et on est servis de plus en plus richement !

En bref, on aime bien repérer des idées qui nous plaisent et/ou nous amusent, quels que soient les styles. L’enjeu pour nous est de se faire une place dans l’attention très encombrée du public, en proposant une musique rafraîchissante tout en incorporant des composantes plus familières. Mais surtout : en partageant notre bonne humeur avec le public, en toute sincérité et simplicité.

Quels sont vos projets pour l’avenir?

On ambitionne de sortir un album cet hiver, avec quelques morceaux qu’on a composé et testé en live depuis la sortie de “Karabana”.

Mais ce qui nous motive le plus, c’est de trouver de belles occasions de partager notre musique sur scène. Notre plus grand bonheur est de voir le public danser et être emporté par notre musique, de le voir oublier les soucis du quotidien et sourire avec nous.

Arma Gee : Un rock psyché et tripant parisien

Groupe de rock parisien aux ondes psychées et aériennes et aux influences folk, électro, ou encore reggae, ARMA GEE propose un rock vibrant, touchant et mélodieux.
Le quatuor a sorti son premier album “Filigrane” en mars 2019, on vous conseille “Velvet girl” et “Dernière lettre”.
Découvre leur rencontre, leur univers et leurs projets.

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?
Salut ! Je m’appelle Arnaud et suis le guitariste/chanteur du groupe. En 2016, je me suis lancé dans l’autoproduction de mon premier album intitulé “Filigrane”. J’ai fait appel à mon ami Benoît (actuel bassiste du groupe) pour réaliser les parties basse des morceaux. Deux ans et demi plus tard et après beaucoup d’efforts, j’ai sorti ce premier album sous le pseudonyme “ARMA GEE” !

Comment et quand vous êtes-vous rencontrés ?
J’ai rencontré Benoît en arrivant sur Paris en 2009. J’avais candidaté à une annonce que son groupe avait posté et je les ai rejoint comme guitariste. Comme nous avions bien accroché, nous avons ensuite fondé avec un de ses amis d’enfance le groupe “Old Trip”, groupe de rock/hip hop fusion avec lequel nous avons sorti un EP et avons fait pas mal de concerts sur Paris. Tristan (batterie) et Léo (guitare/clavier) nous ont rejoint en octobre 2018 avec la perspective de jouer l’album “Filigrane” sur scène. Depuis, nous répétons très régulièrement tous les quatre et nous avons fait notre première scène (“release party”) à La Boule Noire fin mars 2019 (concert sold out). Nous nous entendons super bien et avons pas mal de projets pour la suite !

Que faisiez-vous avant d’être musiciens ?
Pour ma part, j’ai toujours été un peu musicien, en filigrane…! Si nous sommes très investis dans ce projet, nous ne sommes pas musiciens à plein temps et avons tous un job à côté. J’aime personnellement cette situation car elle me permet de m’ouvrir à d’autres cercles, et j’aime avoir des journées bien remplies !

Comment décririez-vous votre univers ?
Les morceaux ont globalement tous une base rock. Néanmoins certains morceaux sont teintés de couleurs folk, électro, ou encore reggae. Les guitares sont assez présentes et je leur donne souvent un côté “aérien” voire “psyché” sur les lignes mélodiques en jouant sur les effets.
L’album explore ainsi pas mal de styles différents mais je pense qu’il garde néanmoins une certaine identité sonore. Mon approche de l’écriture reste centrée sur la recherche de mélodies accrocheuses et qui me touchent.
Les paroles sont écrites en français et en anglais.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?
En me lançant dans l’écriture de cet album en 2016, je ne me doutais pas de l’importance du travail qu’allait comporter ce projet! C’est très formateur. Nous avons franchi beaucoup d’étapes ces deux dernières années mais il nous reste encore beaucoup à faire.
En 2019, nos principaux objectifs sont de développer la visibilité du groupe en multipliant les dates de concerts et en étant présent sur les réseaux sociaux.
Nous avons également récemment signé un contrat avec une agence de presse pour nous aider à promouvoir l’album auprès des médias (radios, presse, etc).

Si vous aviez grandi dans un monde idéal, quels auraient pu être vos jobs respectifs ?
Arnaud:
J’aurais pu travailler comme ingénieur du son ou compositeur car j’adore bidouiller le son ! J’ai aussi une admiration pour les grands compositeurs classiques des siècles passés. Ils se devaient d’avoir à la fois des connaissances très théoriques pour écrire la musique pour plusieurs instruments (se rapprochant des maths) mais être également capable de ressentir le rythme, la mélodie, l’harmonie pour composer une oeuvre brillante. Le corps et l’esprit.

Benoît:
Dans un monde “idéal”, le travail ne serait pas une fin en soi. Je prendrais donc les plaisirs de la vie comme ils viennent !

Léo:
Dans un monde idéal, j’aurais travaillé pour le guide du routard et testé des auberges de jeunesse en Colombie et des yourtes en Mongolie !

Tristan:
Les sensations m’ont toujours attirées, très tôt je voulais devenir pilote de chasse ou basketteur pro en NBA !

Enfin, avez-vous quelques mots à dire sur l’état de la scène musicale aujourd’hui et la manière dont vous la percevez ?
Benoît:
Je trouve qu’elle n’est pas assez diversifiée ! On entend toujours les mêmes artistes. J’aimerais plus de nuances, moins de matraquage.

Léo:
Il y a une offre musicale infinie. On s’y perd parfois. Dommage que les artistes les plus reconnus soient aussi souvent les moins audacieux.

Tristan:
Pour moi la “vraie musique”, c’est avant tout une scène, des instruments et des musiciens. Aujourd’hui, on a trop de musique électronique pré enregistrée un peu fade, cela occupe trop de place dans la scène actuelle.

Arnaud :
le développement de la technologie a rendu accessible à beaucoup de gens la production musicale ces dernières années. L’effet est qu’il y a effectivement une offre musicale pléthorique. De nos jours, les compositions ne sont plus le fruit d’une jam entre copains mais de boucles issues d’un logiciel. Les mélodies, le rythme proviennent d’algorithmes. J’aime la musique mélodique et je trouve que ce que l’on entend à la radio est assez stéréotypé et tend à s’uniformiser.