MAB : Deux frères prometteurs sur la scène du nouveau rap rock français !

By MAD

MAB EP Focus InterviewPouvez-vous présenter à notre communauté de MADers d’où vous venez, votre parcours et ce qui est à l’origine de la création du groupe MAB, son essence ?

Gabriel: Nous sommes deux frangins de 20 et 23 ans : Gabriel et Hadrien Mabilat.

On a toujours plus ou moins été fourrés dans les mêmes projets, depuis tout petit. On faisait les mêmes conneries, puis les mêmes dessins, puis les mêmes sports. La musique, curieusement, c’est venu assez tard. J’ai commencé le piano a 6 ans mais j’ai bien mis 5 ou 6 ans à convaincre Hadrien de faire de la guitare. Quand ça s’est fait, on a fondé des groupes de rock avec lesquels on a beaucoup tourné sur Paris –on avait 12 et 15 ans quand on a fait l’Elysée Montmartre pour la première fois. On pense vraiment que c’est la ferveur de la scène qui nous a convaincu d’en faire un métier, le plus beau du monde.

Enfin, il y a deux ans, on a voulu tout reprendre à zéro en fondant un projet dont on serait le noyau, et pas des membres parmi d’autres. On a donc fondé MAB.

Qu’est-ce que cela vous apporte d’être frères dans votre démarche artistique ? Est-ce plus facile, plus difficile ?

Hadrien: Les deux ! La fraternité créée des problèmes qui n’existe dans aucune autre relation. Du coup, on se retrouve à régler des problèmes psychologiques qui n’ont a priori rien avoir avec la musique pendant qu’on travaille ensemble. Mais la fraternité donne aussi des solutions qu’aucun ami ou collègue ne peut offrir. On a des affinités biologiques, un feeling commun de base. Et c’est un élément de stabilité, de solidité. Enfin, on se fait profondément confiance.

 

Quelles sont vos sources d’inspirations et vos artistes de référence ?

Gabriel: Nos influences vont du jazz à l’électro en passant par le rock, la chanson et le rap.

Hadrien: Mais il y a quelques artistes qui sont des icônes pour nous : Rage Against The Machine, Eminem mais aussi des gars plus récents comme Stromae.

D’où tirez-vous votre énergie sur scène ? Quel est le message porteur de vos textes ? Quel MAB’s way of life souhaitez-vous diffuser ?

Hadrien: La vie est brève. Un passage sur scène aussi. Si tu veux profiter de l’un ou l’autre et en faire profiter les gens qui y assistent, tu dois faire parler cette énergie viscérale qu’on renferme tous plus ou moins.

Gabriel: On promeut le fait d’être actif. Il y a beaucoup trop de causes au nom desquelles se battre, d’art et d’œuvres intellectuelles à découvrir, de défis à relever, pour se contenter de subir sa vie paresseusement. On pense que notre musique peut stimuler, donner la patate.

Vous affirmez être des “gentils garçons” en pleine “adolescence musicale”… est-ce toujours le cas ?

Gabriel: On est des ados musicalement parce qu’on cherche encore notre identité. L’adolescence c’est un moment de ta vie ou cette identité est en crise et où tu te poses des questions existentielles : qui j’ai envie d’être ? à quoi je veux ressembler ? qui est-ce que je ne veux surtout pas être ? Tu cherches, tu te trompes. On en est là. Et si nos prévisions sont exactes, le troisième EP sera celui de la sortie de la puberté.

Hadrien: “Gentils garçons” car on ne provoque jamais pour rien. Il y a forcément quelque chose derrière.

Pouvez-vous nous présenter vos prochains projets artistiques ?

Gabriel: Tel qu’on voit les choses actuellement, on va diviser notre création en deux volets cette année. D’un côté, on va faire une petite mixtape digitale où on va continuer à expérimenter, faire des feats, et sortir un morceau tous les deux mois max. De l’autre côté, on va composer avec tous les moyens nécessaires l’EP le plus ambitieux qu’on ait réalisé depuis le début de notre carrière. On a déjà beaucoup d’idées.

Hadrien: Peut-être même trop.

Vous êtes les grands gagnants de la Talent Hunt à la MAD session du Palais des Congrès… Comment vivez-vous cette nouvelle reconnaissance artistique ?

Hadrien: On a été très heureux de gagner ce tremplin. Cette victoire symbolise pour nous une double validation de notre projet. D’abord, cela signifie que notre performance scénique du Palais des Congrès était à la hauteur des attentes du jury. Ensuite et surtout, c’est la crédibilité professionnelle générale de MAB qu’ils ont validé.

Gabriel: MAD et MAB, avec des noms aussi proches, ne peuvent faire ensemble que des grandes choses!

Leave a Reply